Cet été là


Divine effrontée

Je ne suis plus qu’un songeur éperdu
Depuis ce jour béni inattendu
Où tu me dévoilais tes charmes secrets
Isis beauté divine effrontée.

Quel est ce cœur à qui l’amour fait peur
Mais à qui l’été fait oublier la pudeur
Et offrit à mon regard son sein blanc
Qui finit de troubler cet impudent.

Désir profond, sublime et sans voile
Capricieuse éhontée, je fonds dans un râle
Et là, mon regard dans tes yeux !
Eternelle lumière d’un cœur fougueux.

Ange ou démon, je tombe en larmes
Au fond du gouffre où dégringole mon âme
Trop heureux de ce plaisir dérobé
Embrasse moi ! avant que je ne succombe inanimé !


Sentiers Poétiques ©1997 par Vincent Di Sanzo
vous pouvez envoyer un courrier à l'adresse suivante : vdisanzo@teaser.fr
ou bien signer le livre d'or.