Cet été là


Frissons

Je ferme les yeux pour mieux imaginer ton sourire câlin
Mon corps ému tremble sous ton regard adorable
Je sombre de plaisir à fixer ton visage divin
Comment résister à une telle beauté implacable.

Tes fins cheveux bouclés exhalent un parfum enivrant
Doré par un soleil de plomb ils ondoient au vent léger
Leur lumière m' aveugle d'un éclat ruisselant
Comment éviter de chavirer sans regret.

J'aurais aimé dessiner sur cette plage
Tes lèvres sensuelles et chaudes, ta bouche chérie
Un sentiment clandestin me rapproche du rivage
J'en viens à rêver d'un baiser exquis.

A moins que je me laisse bercer par ta voix si douce
Quels ardents frissons au velours de tes lèvres
Si je pouvais enlever le reflet de ta frimousse
Peut-être arriverai-je à éteindre ma fièvre.

J'imagine encore tes hanches nonchalantes
Tes épaules fragiles et ta nuque torride
Qu'il doit faire bon dans tes bras, tu es si charmante
Quel dommage que tu sois si timide.


Sentiers Poétiques ©1997 par Vincent Di Sanzo
vous pouvez envoyer un courrier à l'adresse suivante : vdisanzo@teaser.fr
ou bien signer le livre d'or.