Le soir charmant


De l'autre côté

J'aurais aimé t'offrir un doux sourire
Jouet des vagues de cette mer agitée
Reflétant mon amour au soleil comme ce souvenir
Délaissé par ton coeur indécis voire dépité.

Puisses-tu recevoir la chaleur de ma tendresse
Aussi lointaine hélas mais que l'espoir anime
Je donnerais tout pour une simple caresse
Diane enchanteresse, muse sublime.

Comment ai-je pu être aussi faible et indigne
Pour avoir laissé derrière moi cette flamme qui brûle
La beauté qui s’offre à mes yeux et m'égratigne
Reste moins vive que le trésor de tes yeux au crépuscule.

La senteur délicate exhalée par l’air chaud d'ici
Hélas ne suffit à me faire oublier le parfum enivrant
De tes cheveux dorés qui troublaient mon âme étourdie
Lorsque la musique berçait nos pas brûlants.

Le contact tiède du sable blanc sur ma peau adoucie
Me rappelle la passion délicieuse qui m'embrasait
Quand mon corps pressait ton corps dans un tourbillon inoui
Où ma bouche effleurait ta nuque embaumée.


Sentiers Poétiques ©1997 par Vincent Di Sanzo
vous pouvez envoyer un courrier à l'adresse suivante : vdisanzo@teaser.fr
ou bien signer le livre d'or.