Cet été là


Branzac

Qu'il est doux ce chemin de terre
Bordé de genêts et de bruyères
Le soleil brûlant vient dorer ta peau
L'air chaud forme autour de nous un véritable halo.

Le bruit de nos pas légers sur l'herbe luisante
Vient à peine effleurer le silence qui chante
Je perçois le souffle de ta respiration qui saccade
Accompagne nos pas dans cette merveilleuse ballade.

Je voulais te faire découvrir ce lieu chéri de mon enfance
Voici enfin mes souvenirs d'une étrange résonance
Admire ces vieilles pierres, vestige d'un temps à regrets
Serre ton corps contre le mien, laisse toi chavirer.

Oh, ruines d'un autre siècle, douces et fragiles
Bravant le temps qui s'écoule docile
J'ai tant pleuré sur vous parce qu'on vous abandonne
Mon amour, entends-tu l'écho qui résonne.

Ferme tes yeux, laisse toi porter par ton imagination
Ne vois-tu pas ces nobles chevaliers en pleine action
Conter fleurette aux gentes dames ou bien jouer de l'épée
Ne perçois-tu pas le cliquetis des lames derrière ce bosquet.

Le vent léger soulève tes bouclettes charmantes
Et pousse vers nous la senteur des sapins énivrante
Mais regarde vers les fenêtres à meneaux
Le profil d'une demoiselle, entends-tu ses sanglots ?

Attend-elle le retour du chevalier parti aux croisades
Ou bien est-ce les cris d'un coeur malade
Serre moi fort la main ma tendre princesse
Avançons, entrons dans ma forteresse.

La pierre chauffée depuis l'aurore
Adoucit mon visage, voici mon trésor
Une larme, une larme de plus pour un abandon
Voici, mon petit coeur, le secret de ma liaison.

Je voulais te faire partager cet instant sublime
Pour toi je ferais tout, mon immense abîme
Je sens tes doigts effacer mon chagrin
Je t'aime, je t'aime c'est mon éternel refrain.


Sentiers Poétiques ©1996 par Vincent Di Sanzo
vous pouvez envoyer un courrier à l'adresse suivante : vdisanzo@teaser.fr
ou bien signer le livre d'or.