VICTOIRE BABOIS
-

Le Saule des regrets

Saule cher à l'amour, et cher à la sagesse,
Tu vis l'autre printemps, sous ton heureux rameau,
Un chantre aimé des dieux moduler sa tristesse,
Et l'onde vient plus fière enfler ton doux ruisseau.

Sur le feuillage ému, sur le flot qui murmure,
L'amour a conservé ses soupirs douloureux.
Moi je te viens offrir les pleurs de la nature :
Ne dois-tu pas ton ombre à tous les malheureux ?

Dans ce même vallon, doux saule, j'étais mère !
Mon âme s'enivrait d'orgueil et de bonheur.
Dans ce même vallon, seule avec ma misère,
Je n'ai que ton abri, mes regrets et mon coeur ...

... Cesse de protéger la tranquille sagesse :
A l'amour étonné retire tes bienfaits.
Je viens, loin des heureux, t'apporter ma détresse;
Sois l'asile des pleurs, sois l'arbre des regrets.

Dérobe à tous les yeux ce douloureux mystère;
Que ton ombre épaissie enveloppe mon sort.
Sous tes pâles rameaux, retombant vers la terre,
Enferme autour de moi le silence et la mort ...

... Ah ! rends-moi du printemps la fraîcheur renaissante;
Rends à mon coeur flétri ses dons trop tôt perdus;
Rends-moi les arts, la paix, l'amitié plus touchante ...
Mais non, ne me rends rien, doux saule, elle n'est plus !


Le Cahier à Spirales ©1996, 1997 par Vincent Di Sanzo
vous pouvez envoyer un courrier à l'adresse suivante : vdisanzo@teaser.fr
ou bien signer le livre d'or.