Michael Silva


Triste Merveille

Mon coeur saigne de tristesse
Et mes pleurs brûlent de colère
Tant va mon âme dans la douleur
Que les ténèbres deviennent mon royaume

La nuit, alors, me recouvre sous une couverture de velours
Et me berce dans sa pénombre.
C'est à ce moment que je règne dans l'immensité de ma solitude,
Et je découvre, à cet instant, un visage ...

Un visage qui n'a pas de regard.
Ou plutôt, un visage où le regard est noir et froid comme ce marbre.
Un regard de chaos et de désespoir.
Les ténèbres y régnaient...
- Nuit, tu es la déesse de mes rêves.
Celle qui me protège et me ressemble.
Mais pourtant, dans mon âme, reste gravé ce visage...

Un visage obscur qui a peur de la lumière et de la vérité.
Un visage où la douleur reflète mon corps blessé.
- Lune, embrasse-moi et emmène-moi dans ton univers,
Un univers de rêve et de mystère.

Un univers que le soleil éclaire comme un phare illumine
Les caravelles égarées au milieu de la mer.

Mais le soleil brille sur ce temple splendide où des trésors résident.
Et les astres ne cessent de contempler les éclats de joie du soleil qui,
Pèle mêle, éclaboussent les planètes de lumière.

Un froid glacial envahit la terre
Car le soleil se meurt
Dans d'immenses convulsions.
Et c'est alors un arc en ciel qui explose du globe solaire

La sphère solaire se dilate et engloutit, tour à tour,
Les astres composant son royaume...

Mon coeur saigne de tristesse et mes pleurs hurlent de douleur

Sur ce monde de pierre.Comme les grandes civilisations à tout jamais disparues,
L'homme n'est plus.
La colère gronde dans les cieux.

Michael Silva, lauréat du concours Photo-Poésie organisé par le lycée Jean Monnet


Sentiers Poétiques ©1996 par Vincent Di Sanzo
vous pouvez envoyer un courrier à l'adresse suivante : vdisanzo@wanadoo.fr
ou bien signer le livre d'or.