Pèlerin éternel
Tu erres sur les chemins
Trompé par l’étoile noire

De ses veines fortes le lierre rampant
Etouffe en une marche inexorable
L’amour endormi
Que l’on croyait immortel

Qui stoppera
Le ruisseau débordant de ces passions
Avant le naufrage éternel

Je laisse une marge blanche
Pour recueillir ton sang d’encre

Fragments désordonnés
Que mon corps achève
Au jeu de l’amour

J’aime l’heure paisible
Où le silence ponctue ta voix

Jeux rustiques
Charme d’antan
Mausolée du plaisir