La nuit brûle le parfum de nos rêves. Au seuil de l'oubli, ces griffures tentent vainement d'en capter l'essentiel. L'essentiel ? un rien, une trace lumineuse ou sombre, fugue mineure de nos vibrations intimes.

A travers ces fragments, nul message céleste, quelques mots désordonnés, instants fugitifs d'émotion pudique devant l'infini du désir.

Rêveur, pardonne moi ces fulgurances aux portes du non sens, variations éphémères, miettes obscures des coulisses d'une âme qui chemine à la lueur ténue des étoiles filantes.



Nouveau ! vous pouvez écouter ces textes (format mp3) grâce à la voix extraordinaire de Daniel Dubé.