Le temple ptolémaïque d'Edfou, le plus grand temple antique après Karnak, est dédié au dieu-faucon Horus. Il est dans un état de conservation exceptionnel. Les pylônes comportent des cannelures destinées à maintenir des mâts porte-oriflammes. Au-dessus du porche, le "balcon d'apparition" servait à la présentation d'un "faucon sacré", choisi chaque année avec un grand cérémonial.

Un hiératique faucon de granit, haut de 2 mètres, garde l'entre du
temple. Protecteur et image divine, le faucon Horus accompagne Rê,
l'astre solaire, et devient le garant de l'ordre cosmique universel.


Les bas-reliefs des parois de ces deux escaliers représentent d'un côté la procession des prêtres et délégations qui portent les chapelles contenant les statues divines dans la cour du Nouvel An et qui redescendent de l'autre.


Cet étonnant bas-relief d'où émanent grâce et
sensualité, montre le pharaon couronné par les
déesses Oudjyt et Nekhbet, symboles de la
Haute et de la Basse-Egypte.

Armoises de mon frère, ô floraisons sanglantes,
Viens, je suis l'Amm où croît tout plante odorante,
La vue de ton amour me rend trois fois plus belle.
Je suis le champ royal où ta faveur moissonne,
Viens vers les acacias, vers les palmiers d'Amonn;
Je veux t'aimer à l'ombre bleue de leurs flabelles
.Je veux encore t'aimer sous les yeux roux de Phrâ
Et boire les délices du vin pur de ta voix,
Car ta voix rafraîchit et grise comme Elel.

Remy de Gourmont (1858-1915)



| Index thématique | Repères chronologiques | Liens |


Voyage en Egypte © 1997 par Vincent Di Sanzo