Alexandre le Grand
Alexandre le Grand, image de la destinée interrompue, ... symbole de toutes les nostalgies qu'éveillent la jeunesse et le génie .. Ah! la dure image de ce héros, fils des dieux et compagnon de nos imperfections! Avec sa chevelure relevée sur le front et qui tombe comme une crinière des deux côtés de son maque léonin, c'est vraiment un lion humanisé, et là-dessus une extrême mobilité, tantôt de solitude et de mélancolie, tantôt de véhémence farouche. Un charme infini, et pourtant quelque chose de terrible, à cause de la violence de son âme, s'exhale de cette tête si fièrement portée et un peu penchée sur l'épaule gauche, de ce front large et plein, un peu bas, de ce menton aux courbes harmonieuses et douces, de ce grand oeil au regard humide et lustré.

Ce soir là, mon dernier soir, j'errai longtemps à travers cette charmante et puissante Alexandrie. Quelques palmiers au bord du canal, des maisons négligées à l'orientale, des terres jaunes et pâles, un ciel rose, une foule bigarrée, où les âmes sont plus diverses encore que les cheveux, les profils et les yeux ...

Maurice Barrès (Une enquête aux pays du Levant)

Les voyageurs contemporains commencent pour la plupart leur visite de l'Egypte par la ville du Caire. Au siècle dernier le voyage commencait dans le delta du Nil par le port d'Alexandrie. La ville d'Alexandrie fut, au temps des Ptolémées, le centre artistique et littéraire de l'Orient et le foyer de la civilisation héllénistique. Elle fut aussi le berceau de l'église copte. N'ayant pu visiter Alexandrie c'est en compagnie de Rania Adel, secrétaire exécutive à l'université Senghor que je vous laisse découvrir les charmes de la cité mythique.


| Index thématique | Repères chronologiques | Liens |


Suite..Voyage en Egypte © 1997, 1998 par Vincent Di Sanzo