A : entrée face nord
B : couloir descendant
C : couloir ascendant
D : chambre de la reine
E : grande galerie
F : chambre du roi

J'avoue pourtant qu'au premier aspect des Pyramides, je n'ai senti que de l'admiration. Je sais que la philosophie peut gémir ou sourire en songeant que le plus grand monument sorti de la main des hommes est un tombeau; mais pourquoi ne voir dans la pyramide de Chéops, qu'un amas de pierres et un squelette ? Ce n'est point par le sentiment de son néant que l'homme a élevé un tel sépulcre, c'est par l'instinct de son immortalié : ce sépulcre n'est point la borne qui annonce la fin d'une carrière d'un jour, c'est la borne qui marque l'entrée d'une vie sans terme; c'est une espèce de porte éternelle, bâtie sur les confins de l'éternité.

Chateaubriand.

D'aucuns considèrent que la pyramide, de part sa forme pointant vers le ciel, matérialise un lien impressionnant entre le monde terrestre et le monde céleste ....

Dans le texte suivant, Hérodote nous livre une solution au problème de la construction de la pyramide :

Khéops contraignit les Égyptiens à travailler pour lui. Aux uns il imposa la tâche d'extraire des pierres de la montagne arabique et de les traîner jusqu'au Nil ; aux autres il prescrivit de passer en barque ces pierres et de les traîner jusqu'à la montagne libyque. Ils travaillaient sans relâche au nombre de cent mille hommes, que l'on relevait tous les trois mois. Le peuple, accablé, mit dix ans à construire le chemin destiné au transport des pierres, oeuvre, à ce qu'il me semble, à peine moindre que la pyramide (en effet, sa longueur est de cinq stades, sa largeur de dix toises et sa hauteur la plus grande de huit toises) ; il est fait de pierres de taille ornées de figures d'animaux. À cela on employa donc dix années, pendant lesquelles on fit, en outre, les chambres souterraines, creusées dans la colline où sont les pyramides. Ces chambres, destinées à la sépulture, se trouvèrent dans une île, formée par un jeu de canaux alimentés par l'eau du Nil. Il fallut vingt années pour construire la pyramide. Elle est quadrangulaire, chacune de ses faces a huit plèthres à la base ; sa hauteur a les mêmes proportions. Elle est toute en pierres de taille parfaitement ajustées ; nulle pierre n'a moins de trente pieds.

Cette pyramide a été faite de la manière suivante : on aménagea des gradins que les uns nomment corbeaux, et d'autres petits autels. Lorsque l'on eut construit la base, on éleva le reste des pierres à l'aide de machines fabriquées avec de courtes pièces de bois, une machine les élevait d'abord depuis le sol jusqu'au plateau du premier gradin ; on y transportait la pierre que l'on posait sur une seconde machine, qui s'y trouvait fixée. De là elle était montée sur le second gradin, et sur une troisième machine. Autant il y avait de rangées de gradins, autant il y avait de machines. Il est possible cependant qu'il n'y eût qu'une seule machine facilement transportable ; dans ce cas, on la montait de gradin en gradin, après y avoir élevé la pierre. Car il faut que je rapporte les deux procédés, comme on me l'a dit. Le sommet de la pyramide fut achevé en premier; on donna ensuite la dernière main au gradin suivant, et l'on termina par le plus bas, celui qui touchait au sol.

Malheureusement, la technique d'élévation évoquée par Hérodote ne convaint pas les égyptologues. Les bâtisseurs de pyramides ont pu utiliser des rampes de briques crues pour hisser sur des traineaux des blocs de 2 ou 3 tonnes. Les rampes devaient être édifiées autour de la pyramide ou perpendiculairement à l'une des faces. Reste un problème de taille, les plus petits blocs pèsent 2 tonnes or il y en a beaucoup qui dépassent les 6 tonnes et même certains qui atteignent les 60 tonnes. Hisser un tel poids semble alors avec de telles méthodes bien difficile ...


| Index thématique | Repères chronologiques | Liens |


Voyage en Egypte © 1997 par Vincent Di Sanzo