Militarisme




Détruis le chien de garde et tu vaincras le maître
CH. D'AVRAY




Il nous faut en finir de ce militarisme,
Esclavage imposé, source de crétinisme.
La caserne est le lieu le plus contaminé
Que pour le bien de tous il faut exterminer.
C'est l'immense foyer de la tuberculose,
C'est l'air avarié de quelque maison close,
Depuis le cavalier jusques au fantassin,
C'est la transformation de l'homme en assassin.

Il nous faut en finir de ces traîneurs de sabres,
De ces larbins d'état aux visages macabres,
Galonnés abrutis qui font moralité
De l'acte méprisant de domesticité.
Obéir c'est laisser douter que l'on est homme
Obéir c'est renier son droit d'Etre Autonome,
Obéir c'est se taire ou répondre en bavant,
Obéir c'est enfin n'être pas un vivant.

Soldats, pour nous sauver de tous les parasites
Il vous faut incendier ces casernes maudites,
Ces sources de laquais, de flics et de mouchards,
Ce dépotoir humain qu'engendrent les soudards.
Partout rassemblement! Artilleurs à vos pièces!
Debout! Marins debout! L'oeil sur vos forteresses:
Braquez!.. Chargez!.. Pointez!.. sans crainte de méchefs,
Les gueules des canons sur celles de vos chefs.

Le culte du drapeau regorge d'impostures,
La loque nationale est dignes des ordures,
Oublions qu'en un temps, des torchons de couleurs
Traînés sur notre globe ont divisé les coeurs.
Du moindre préjugé que chacun se libère,
Discutons froidement, sans haine, sans colère.
Soldats! un geste, un seul, peut nous sauver c'est clair,
Mais il dépend de vous: Soldats!... La crosse en l'air!

Charles d'Avray


[precedent] [suivant]




[D'Avray] [Chansons]
[IndexCh.]
[Photos] [Livre d'or]

[Chrisp's Homepage] © 96,97,98 - Christophe PERRIN eMail
Dernières modifications: 4 octobre 98